Internet mondial peut souffrir d’ « apocalypse » causée par les tempêtes solaires | Ciência

Une éjection de masse coronale du Soleil peut provoquer des tempêtes géomagnétiques sur Terre et endommager gravement l’infrastructure Internet. Cet événement extrême pourrait également nuire aux lignes de transmission électriques et aux satellites, mais les dommages causés aux communications, en particulier aux câbles sous-marins, seraient beaucoup plus graves.

Cela peut vous intéresser : Windows 11 : Microsoft donne et publie des mises à jour sur les « anciens » PC | Applications et logiciels



L’
éjection de masse coronale a eu lieu en 2012 (Image : Centre de vol spatial Goddard de la NASA Goddard)

Il est connu depuis un certain temps qu’un tel événement pourrait menacer les satellites et les équipements électriques. La nouvelle recherche – menée par le scientifique Sangeetha Abdu Jyothi, de l’Université de Californie à Irvine, et présentée lors de la conférence SIGCOMM 2021 – examine plus en détail les impacts sur le infrastructure d’Internet.

<h2

Avez-vous vu cela : Les critères de choix d’un prestataire drone à Marseille

-Submarines-s-the-the-big-problem”>Les répéteurs de câbles sous-marins sont le gros problème

Les réseaux de distribution locaux souffriraient en cas de tempête solaire de ce type, car ils utilisent principalement des fibres optiques, qui ne sont pas affectées par des perturbations du champ magnétique. Le plus gros problème serait celui des câbles sous-marins, qui relient les continents et transmettent la plupart des données. Ainsi, même si les réseaux locaux sont restés intacts ou subissent des dommages mineurs, des pays entiers pourraient être déconnectés d’Internet.

Et le problème n’est même pas lié aux câbles sous-marins eux-mêmes, mais ils utilisent également des fibres optiques après tout. Le but est celui des répéteurs, des appareils qui restent tous les 50 à 150 kilomètres de câbles et servent à amplifier le signal et à s’assurer qu’il atteint sa destination.

Cabo submarino do Google
Cabo submarino do Google
Câble sous-marin de Google (Image : Google/Reproduction)

Les composants électroniques de ces équipements sont vulnérables aux perturbations des champs magnétiques. S’ils tombent en panne, les câbles deviennent inutiles.

Le fait qu’ils soient sous l’eau n’aide pas — au contraire, cela gêne le chemin, car l’eau de mer est très conductrice et qu’une perturbation du champ magnétique génèrerait des courants électriques. En fait, ces courants affecteraient également les équipements qui alimentent les répéteurs, provoquant une surcharge et endommageant ces amplificateurs de signaux.

Un point important est que ces structures sont difficiles à atteindre. Même les câbles sous-marins sont conçus pour être remplacés tous les 25 ans, étant donné la tâche de les installer au fond de la mer. C’est pourquoi ces répéteurs endommagés peuvent prendre des jours, voire des semaines, avant d’être remplacés. Puisqu’un tel événement pourrait également mettre des satellites hors service, plusieurs régions n’auraient pas d’alternative.

Le Brésil resterait lié à l’Europe, mais pas aux États-Unis

Une importante tempête solaire ferait souffrir certaines régions plus que d’autres. En effet, les latitudes élevées sont plus sensibles aux effets d’une perturbation du champ magnétique, même si elle est plus modérée. Les recherches d’Abdu Jyothi en tiennent également compte.

Les travaux ont révélé que l’Asie pourrait être moins touchée par un épisode tel que Singapour joue le rôle de plaque tournante pour les réseaux qui s’y trouvent et se trouve à proximité de la ligne de l’équateur.

L’ est plus forte, et il y a de fortes chances que les États-Unis se déconnectent de l’Europe. Les connexions au sein du Vieux Continent doivent passer sans autres dommages. L’Australie et des îles comme la Nouvelle-Zélande et Hawaï pourraient perdre une grande partie de leurs liaisons longue distance.

Abdu Jyothi a également décrit ce qui peut arriver au Brésil dans une situation extrême :

« Fait intéressant, même en cas de failles majeures, le Brésil conserverait sa connectivité avec l’Europe et d’autres parties de l’Amérique du Sud, comme l’Argentine. Cependant, il perdrait sa connectivité avec l’Amérique du Nord. Il est également intéressant de noter que les États-Unis perdront leur connectivité avec l’Europe dans ce scénario, mais pas le Brésil. En effet, le câble Ellalink, qui relie le Brésil au Portugal, est à 6 200 km, tandis que le câble reliant la Floride au Portugal est beaucoup plus long, avec 9 833 km. »

Même ainsi, personne ne serait sûr à 100 %, car les systèmes de routage seraient probablement dépassés. Les serveurs DNS, car ils sont très distribués sur la planète, sont moins vulnérables. Il s’agit d’un cas similaire aux centres de données de Google, qui sont moins sensibles que ceux de Facebook plus dispersés géographiquement.

Cabo submarino Ellalink, que liga Brasil à Europa
Cabo submarino Ellalink, que liga Brasil à Europa
Câble sous-marin Ellalink, qui relie le Brésil à l’Europe (Image : Ellalink/Reproduction)

D’autres éjections de masse coronale ont déjà atteint la Terre L’éjection de masse coronale

est le nom donné aux éruptions majeures de gaz ionisé provenant du Soleil. Ce matériau fait partie du vent solaire et, une fois atteint le champ magnétique terrestre, il peut provoquer des tempêtes géomagnétiques, des perturbations momentanées dans cette partie de notre planète. Cela provoquerait à son tour des courants électriques induits par le géomagnétisme, causant des dommages au réseau électrique.

L’une des difficultés à prévoir ce qui se passerait dans de tels cas est qu’il existe peu de données, car les événements de ce type sont rares. Même ainsi, il y a des enregistrements de ces documents.

L’un des cas les plus exemplaires a été le « Carrington Event » de 1859. À l’époque, les boussoles devenaient folles, les télégraphes ont cessé de fonctionner et même des aurores étaient vues dans des régions proches de ON/276326936_The_Extreme_Solar_Storm_of_May_1921_Observations_and_a_complex_topological_model”>En 1921, une autre tempête a causé des pannes de courant et des dommages aux télégraphes.

Un événement récent avec des dommages mineurs s’est produit en 1989, lorsqu’il a causé des pannes d’électricité aux États-Unis et au Canada. En 2012, une tempête solaire aurait pu toucher la Terre, mais elle n’a pas frappé notre planète pendant neuf jours seulement.

La probabilité qu’un tel événement touche la Terre est de 1,6 % à 12 % par décennie, selon l’enquête d’Abdu Jyothi. Au cours des 30 dernières années, l’activité solaire a diminué, ce qui a coïncidé avec le développement technologique de la planète. Dans un avenir proche, cependant, la tendance est que l’étoile devienne plus active, augmentant également les chances d’une nouvelle tempête.

Compte tenu de la rareté de ces événements, ils ne sont pas prioritaires lorsqu’il s’agit de réfléchir à l’atténuation des risques. Comme l’explique Thomas Overbye, de l’Université Texas A&M, au magazine Wired, les opérateurs de réseaux électriques se sont montrés plus attentifs au cours des dix dernières années. Malgré cela, les événements météorologiques extrêmes et les cyberattaques sont au-dessus de la liste des problèmes à résoudre.

Avec informations : Filaire via Ars Technica