L’ouragan Ida ferme les structures de la NASA dans deux États

L’arrivée de l’ouragan Ida sur le sol américain a forcé l’agence spatiale de la NASA à fermer deux de ses structures, situées dans les États de Louisiane et du Mississippi. Dans les deux bâtiments, seuls les employés essentiels ont été gardés, qui ont surveillé le passage de la tempête, ainsi que le maintien de l’observation et du fonctionnement des projets considérés comme non interruptibles.

En parallèle : Pourquoi les applications mobiles sont-elles si importantes ?

Avant l’arrivée de la tempête dans le golfe du Mexique, les autorités avaient déjà ordonné l’évacuation des régions les plus dangereuses – en particulier la Nouvelle-Orléans – étant donné que l’ouragan Ida, selon les données préliminaires de la NASA elle-même, pourrait atteindre le niveau 4 avant qu’il ne se dissipait complètement. Selon l’échelle Saffir-Simpson, qui mesure la « puissance » d’un ouragan en analysant sa vitesse moyenne, il s’agit d’un événement à haut risque : l’échelle varie de 0 à 5, du plus faible au plus dangereux.

A lire aussi

A découvrir également : Olhar Espacial reçoit le plus grand spécialiste des météorites au Brésil

L’arrivée de l’ouragan Ida sur le sol américain, telle qu’elle est enregistrée par des images satellites, qui a entraîné l’évacuation de certaines villes du golfe du Mexique. Image : ACRE/NOAA/Divulgation

Malgré le ton alarmiste, un porte-parole de la NASA, Shannon Segovia, a assuré que le passage de l’ouragan Ida était « calme ». L’agence n’a pas encore fini d’analyser toutes les données recueillies lors de la tempête, mais Ségovie a déclaré qu’aucun problème n’a été signalé dans aucune des unités :

« Il n’y a pas de type grave d’inondation et nous ne pensons pas non plus qu’aucun dommage au matériel de vol ait eu lieu », a déclaré le porte-parole, qui a également déclaré que tout le personnel interne est en sécurité, comptabilisé et qu’aucun type de blessure ou de blessure n’a été signalé.

Il convient de rappeler que la structure d’assemblage Michoud à la Nouvelle-Orléans protège certaines parties du Space Launch System (« SLS ») contre les fusées des missions Artemis 2 et Artemis 3, parties du projet de la NASA qui devrait ramener l’homme sur la Lune plus tard cette décennie.